Le mot ‘fruit’ au singulier, et, comme il y a diversité de dons, mais un même Esprit, indique que ces vertus chrétiennes forment un tout cohérent. C’est manifestement la vie de Christ en nous, la transfiguration à son image qui nous fait expérimenter la plénitude de l’existence. Que ce parfum doux de l’Esprit : l’amour, - les signes de son économie : la joie et la paix ; - ses manifestations : la patience, la bonté et la bienveillance ; - les conditions de sa naissance et de son épanouissement : la foi, la douceur et la maîtrise de soi, embaume notre témoignage et produise en nous et par nous d’effets salutaires dans l’attribution des ministères à l’Eglise et dans notre responsabilité sociale. Ce parfum de vie par l’Esprit est comme une aiguille spirituelle qui efface les rides ou les plissures et redonne plus de tonicité à notre intériorité pour ressembler davantage à Christ, lui, en qui, Dieu nous a élus et nous a fait grâce.

                                                           Que ce merveilleux fruit de l’Esprit exhale son parfum de vie et nous préserve des atrocités de cette société de plus en plus anarchique et défraîchie par l’extrémisme et l’intolérance afin que beaucoup soient attirés à Christ à cause de son excellence morale et de l’influence béatifiante de sa glorieuse personne. Dès lors, purifiés du vieux levain pour être des pâtes nouvelles, cette distinction, HAWDALA, de ce qui abonde, de ce qui éclaire, et de ce qui est devenu en nous le parfum de vie court-circuite les mécanismes qui produisent la mauvaise senteur : spoliation des vertus et violation flagrante des droits de l’homme. Les Grecs, par exemple, attendaient passionnément la maturation de leur communauté grâce aux vertus tirées de la philosophie morale notamment, la douceur, au sens négatif de renoncement à la colère et à la violence et, la tempérance, au sens de maîtrise de soi. C’est cela aussi notre vœu légitime le plus urgent.

                                                           C’est dans un ardent désir de posséder par l’Amour dans la boîte BESSOMIM de notre cœur et de notre société cette série de vertus au service de l’humanité : «la joie, la paix, la patience, la bonté, la bienveillance, la foi, la douceur et la maîtrise de soi », en les traduisant concrètement dans la vie quotidienne pour une communauté de vie, de l’humain et de l’espoir, que je vous salue tous cordialement en Christ.

 

Prof. KONDEMO Mum’Epondo.

Recteur de l’Université Protestante de l’Equateur

 

Copyright 2011. Free joomla templates | Custom text here