Il importe donc, comme signalé ci-haut, de revenir sur les articulations essentielles cohérentes de cette parole de l’apôtre Paul sur l’unique fruit de l’Esprit, réalité dans laquelle nous devons plonger les regards.

1. Les signes de son règne : librement répandu en nous, l’amour-agapè rend manifeste son économie par les vertus de la joie et de la paix.

a. La joie dont il est question ne peut être le produit de notre caractère ni le résultat de différentes circonstances passagères qui nous entourent et caractérisent le temps présent. Une telle joie, relève Wim Malgo, «est très inconstante ; elle monte et descend d’après le soleil ou la pluie ». La véritable joie a son origine en Dieu. C’est la joie que produit le Saint-Esprit au-delà de nos afflictions et larmes car, la joie du Seigneur est en effet notre puissance de résistance en douceur et en partage (cf. Né 8,10b). La complétude d’une telle joie est naturellement fondée sur l’espérance de manifestation prochaine du salut dans le tressaillement eschatologique (Ph 4,5 ; 1Th 1,6, etc.). L’apôtre Paul qui nous demande dans ses exhortations éthiques de nous ‘réjouir toujours’ dans le Seigneur, en a lui-même fait l’expérience parfaite : ni les menaces extérieures, ni les persécutions, ni la captivité, ni non plus les menaces de mort qui pesaient sur lui ne pouvaient aliéner sa joie intérieure fondée sur le Christ, sa vie (Ph 3,1 ; 4,4 ; 1Th 5,16). Notre joie parfaite est de vivre les merveilles si longtemps rêvées de la loi du Christ.

b. La paix de Dieu qui surpasse tout entendement humain est censée garder nos sentiments et nos pensées dans le Seigneur Jésus (cf. Ph 4,7). Etant donc la source, il nous incite par le Saint-Esprit à une vie de paix communautaire fondée sur l’amour sacrificiel et béatifiant du Christ. Il est vrai, la sauvegarde de la paix et la reconstruction des communautés des nations en dépendent tout naturellement. C’est pourquoi le prophète Isaïe s’en prend sévèrement à tous ceux qui, de gré ou de force, suivent des pistes tortueuses où ils se délectent de l’injustice et de la violation de dignité humaine. Il en résulte de graves conséquences qui plongent les peuples dans l’oceano nox (nuit dans l’océan) de la mort et de ses alliés. C’est ce que le prophète Isaïe relève de cette partie du psaume qui polémique contre ceux qui s’opposent à la promotion de la paix :

   Ils couvent des œufs de basilics,                         Leurs œuvres sont des œuvres d’iniquité,

 

   Et ils tissent des toiles d’araignée.                        Et les actes de violence sont dans leurs mains

 

   Celui qui mange de leurs œufs meurt ;                 Leurs pieds courent au mal,

 

   Et si, l’on brise un, il sort une vipère                     Et ils ont hâte de répandre le sang innocent ;

 

   Leurs toiles ne servent point à faire un vêtement,   Leurs pensées sont des pensées d’iniquité,

 

   Et ils ne peuvent se couvrir de leur ouvrage ;         Le ravage et la ruine sur leur route (Es 59,5-7).

Copyright 2011. Free joomla templates | Custom text here